• Uncategorized
  • 0

CHINESE INVESTORS WANT TO CHANGE IMMIGRATION LAWS IN QUEBEC (in French)

De mystérieux hommes d’affaires chinois veulent s’établir au Québec et changer les règles

Mise à jour le mardi 28 avril 2015 à 6 h 43 HAE

 Photo :  IStock photo

Pas moins de 1000 entrepreneurs chinois associés tentent de poser leurs valises au Québec pour lancer un projet commercial d’un milliard de dollars, à Longueuil. Leur objectif est de révolutionner la façon de faire des affaires avec la Chine. Mais pour cela, ils devront obtenir une modification des quotas d’immigration au Québec. 

 

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

 

Les hommes d’affaires impliqués sont tellement nombreux qu’ils envisagent de noliser un avion d’Air Canada pour faire le voyage depuis la Chine. Ils veulent aussi construire des centaines de maisons pour loger leurs familles sur la Rive-Sud et à Montréal.

La compagnie Min Ying Holdings a de très grandes ambitions pour son projet de Centre commercial de distribution internationale. Elle veut en faire une plaque tournante en Amérique du Nord pour permettre de commander directement, sans intermédiaire, des produits manufacturés aux usines chinoises [exemples : stylos, brosses à cheveux, jouets, vêtements…].

 

 

Le Centre est inspiré du Yiwu International Trade Center, au sud de Shanghai, qui regroupe 70 000 kiosques de produits où viennent magasiner les entreprises. Selon le même principe, la version québécoise prendrait la forme d’un gigantesque hangar, de la taille d’un IKEA, divisé en centaines de kiosques de vente. Chaque homme d’affaires représenterait un produit manufacturé dans une usine chinoise.

 

 

Avant d’aboutir à Longueuil, le Centre avait été envisagé dans les villes de Laval et Vaudreuil-Dorion. « Ce projet relève d’une aberration économique », selon Alain Deneault, sociologue et chercheur au Réseau pour la justice fiscale. Il s’y est vivement opposé dans un texte paru à l’été 2014 dans la revue Liberté.

« Alors que les villes nord-américaines ont réalisé la folie de se vider de leurs infrastructures industrielles pour essentiellement développer le secteur tertiaire, celui des services (mise en marché, distribution, vente…), voici que ce mégacentre commercial s’impose, avec pour conséquence de priver les centres urbains de cette catégorie d’emplois. »— Alain Deneault, sociologue, philosophe, chercheur au Réseau pour la justice fiscale et auteur de Paradis fiscaux : la filière canadienne

 

 

1 000 maisons

Selon le centre Sino-Québec de la Rive-Sud, qui aide à planifier l’arrivée des hommes d’affaires, un petit groupe est déjà arrivé au Québec. Ils logent dans des chambres d’hôtel ou des appartements loués à Verdun. À terme, les entrepreneurs chinois voudraient construire des maisons à Brossard, Boucherville, Saint-Bruno. Plusieurs élus de ces municipalités que nous avons contactés n’ont jamais entendu parler de ces intentions.

Guy Pilon, maire de Vaudreuil-DorionGuy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion  Photo :  Radio-Canada

Le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon, a été approché par les promoteurs, il y a deux ans : « Je pense que les Chinois n’ont pas compris comment ça fonctionne au Québec, au Canada ou en Amérique du Nord. […] Ils demandaient de construire 1000 maisons; on n’avait pas la place. Et deuxièmement, ils voulaient les 1000 maisons au bord de l’eau. C’était trop gros, tout simplement ».

Guy Pilon raconte avoir aussi refusé par crainte des conséquences sur les  fournisseurs et commerçants locaux. Même si le Centre est destiné à de gros détaillants, il pense que de plus petits joueurs pourraient être tentés de s’y approvisionner.

« J’ai hâte de voir quelle va être l’incidence sur les marchands, aux alentours de Longueuil »— Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion

Des associés sino-canadiens de Min Ying Holdings, enregistrés sous le nom MITC, ont fait une offre d’achat de plus de trois millions de dollars sur un terrain de 56 000 mètres carrés devant le boulevard Moïse-Vincent, dans l’arrondissement Saint-Hubert. Il accueillera le Centre commercial de distribution internationale. Selon nos informations, les élus de Longueuil doivent se prononcer sur la vente lors du prochain conseil municipal, le 12 mai.

 

 

D’anciens élus fédéraux pour aider les Chinois

L’ancien ministre libéral Martin Cauchon a agi comme lobbyiste pour le compte des entrepreneurs afin d’obtenir le terrain auprès de la Ville de Longueuil. Son mandat s’est terminé en décembre 2014. Le nouveau propriétaire de journaux est un connaisseur du monde des affaires en Chine. Il est toujours administrateur du Conseil d’affaires Canada-Chine et président de la section québécoise.

Martin Cauchon (à gauche) et Roger Pomerleau (à droite)Martin Cauchon (à gauche) et Roger Pomerleau (à droite)

Un autre ancien député fédéral, du Bloc québécois cette fois, continue de représenter les intérêts de Min Ying Holdings et MITC. Le registre des lobbyistes indique que Roger Pomerleau effectue des représentations auprès de plusieurs ministères à Québec pour « modifier la loi sur l’immigration et les règlements relatifs pour faciliter l’arrivée regroupée de 1000 immigrants entrepreneurs chinois […] par l’augmentation du quota de gens d’affaires prévus par la loi […] afin de rendre le Québec plus compétitif au niveau du commerce international. »

Le défi des visas

Les visas, c’est l’aspect épineux du projet, nous ont confié trois sources au fait du dossier. Les hommes d’affaires souhaiteraient arriver par vagues sur une période de six mois à un an. Une centaine pourraient poser le pied au Québec, dès le mois de septembre. Mais il semble improbable de réserver la vaste majorité des visas disponibles pour les gens d’affaires à un seul pays d’origine et une seule région de destination.

 

 

Le Québec, qui a son propre programme d’immigrants investisseurs fixe ses quotas à 1750 [entre le 1er avril 2015 et le 31 mars 2016]. Parmi ces demandes, un maximum de 1200 est autorisé en provenance de la Chine. Le bureau de la ministre provinciale de l’Immigration, Kathleen Weil, assure ne pas être au courant du dossier des 1000 hommes d’affaires chinois.

Ottawa possède également un programme pour les immigrants investisseurs limité à… 50 places. Le bureau de Citoyenneté et Immigration Canada a renvoyé nos questions vers l’échelon provincial. Cependant, une source interne indique que « la plupart de ces 1000 hommes d’affaires chinois sont déjà venus au Canada et aux États-Unis, donc ce sera plus facile de traiter leurs demandes rapidement ». À suivre.

(Crédits photos : yiwuproducts.com; STR, google map et site web du premier ministre du Québec)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *